Vendredi 24 juin 2022

ON AIR

Senny Camara // DJ Tony Swarez

DJ Tony Swarez (France) – La Discothèque Africaine/Cafoutch

Tony Swarez, chauffeur professionnel.
Le bonhomme est nomade. Il arpente les routes au volant d’une Estafette, le Walkabout System, qu’il ménage amoureusement en  anticipant les distances et dénivelés du trajet dans une philosophie toute inclusive. Et chacun de ses arrêts est une fête opportune,une invitation au voyage, un voyage musical hors-norme. Car le maestro aux platines, dont la longiligne silhouette émerge alors de l’engin aménagé en sound system décapotable, sait comme personne envoûter son public en créant des bulles sonores dosées toutes pétries de pur son et de tendres vibrations.

Parce que les voix sont sincères, les musiciens intimement présents et la magie du bon son opérante. C’est une bande originale qui puise aux quatre coins, blues viscéral, funk virevoltant, bal poussière, reggae, mélopées africaines, hip hop soul ou envolées jazzy, elle chevauche les continents et titille le danseur qui trop souvent sommeille en nous. Ou quand des morceaux du bout du monde, encore inconnus l’instant d’avant, résonnent dans tout votre être comme des évidences ancestrales.
Ainsi le Walkabout Sound System, dont le nom est inspiré d’un certain film australien, n’est-il pas sans évoquer, par les chemins musicaux qu’il dessine, les sentes en pointillé du Grand Rêve aborigène.

Senny Camara (Sénégal) – Musique mandingue, Kora et chant

La musique, chez Senny Camara, c’est avant tout une histoire de cordes. Celles de sa kora – traditionnellement réservée aux hommes – dont elle a su faire une alliée pour s’accomplir en tant qu’artiste mais aussi en tant que femme. Profondément attachée à son indépendance, Senny Camara a préféré apprendre elle-même les secrets de la harpe-luth des djélis plutôt que de compter sur un maestro ou sur la providence.

Insoumise, libre et pugnace, Senny Camara partage de nombreux points communs avec ses femmes-totems :

Nina Simone, Joséphine Baker, Chimamanda Ngozie Adichie, mais aussi la musicienne guinéenne Mahawa Kouyaté, griotte et reine de la kora, qui demeure pour elle une véritable source d’inspiration. Mais la femme à qui elle doit son intuition et le naturel de sa manière d’être au monde, c’est sa grand-mère, qui l’élève dans les plus pures traditions du peuple Sérère, au sud du Sénégal. Rokhaya lui transmet le don de s’émerveiller, de danser pour la pluie, la dignité de la forêt, le sens de la communauté. Rokhaya l’initie aussi à la mystique et aux tambours de transe des cérémonies ndüp.
Grâce à son transistor à piles, la petite Senny découvre la culture mandingue de son père, ancien tirailleur sénégalais, et la vénérable Mahawa Kouyaté – dont elle chante le répertoire en secret mais sur le bout des doigts ! Aujourd’hui, Senny Camara dévoile « BOOLO », l’unité en wolof, un premier EP qui prouve encore que le temps porte ses fruits à qui sait attendre la bonne saison pour les cueillir.

ON AIR, une coproduction Friche la Belle de Mai et Les Grandes Tables de la Friche